Catégorie : Non classé

21
Nov

BIBERON BIEN LE DONNER

c'est le pied de boire un petit coup sans gaz.

c’est le pied de boire un petit coup sans gaz.

Donner le biberon s’apprend et peut rapporter gros.

Notre expérience d’ostéopathe spécialisé auprès des nouveau-nés, nous a permis de développer une méthode originale et efficace pour donner le biberon afin de réduire de façon très importante les gaz ingérés. Cette nouvelle manière de donner le biberon a été expérimentée avec succès par des centaines de parents. Nous vous proposons ce tutoriel pour que vous puissiez vous aussi appliquer cette méthode qui peut changer la vie de votre bébé et bien sûr aussi la vôtre.

Moins de gaz chez un bébé.

Nous constatons une diminution immédiate des coliques, des pleurs. Cela permet une réduction de certains  reflux, un endormissement plus facile avec un sommeil de meilleure qualité, plus stable, le bébé est moins agité, nerveux. Boire son biberon devient satisfaisant, il contrôle bien son biberon, il est en sécurité et se détend.

La succion en pincement (symbole de la succion passive au biberon) est abandonnée.

Son étanchéité était médiocre entraînant l’utilisation d’une dépression intra buccale minimale. Une dépense énergétique peu rentable, frustrante et fatigante.

Une succion active en ouverture de bouche apparait.

Lorsque le bébé redevient actif en aspirant son biberon avant de commencer sa succion/déglutition. Il met en oeuvre une excellente étanchéité sur sa tétine, cela signifie qu’il a créé et utilise une puissante dépression intra buccale. Le processus de succion qui en résulte est très différent dans sa forme, dans ses effets et son efficacité.

La bouche s’ouvre en grand, le menton descend et avance. Les appuis et forces musculaires dans la bouche sont plus équilibrés favorisant une bonne croissance du squelette facial. Cette stimulation des os des voûtes nasales favorisera leur développement et une meilleure respiration nasale.

La succion est efficace, rentable et satisfaisante.

Le bavoir devient inutile.

Nous ne voyons plus de lait couler aux commissures des lèvres.

 La tétine nous intéresse en fonction de ses formes qui doivent être favorisante pour que le bébé puisse créer une étanchéité. La forme doit être adaptée à la taille de la bouche, à la possibilité d’ouverture de celle-ci.

Le débit doit être adapté à la fluidité du lait, à l’effort et à la puissance d’aspiration.

Nous vous proposerons en collaboration  dans un autre article rédigé en commun avec nos spécialistes de la puériculture, nos observations et nos propositions.

Ce qui est fondamental, c’est l’action de la personne qui en proposant le biberon au bébé l’oblige à le maintenir de façon continu en bouche par aspiration. Dès que cette aspiration devient trop faible le biberon est totalement retiré de la bouche puis sera remis en bouche.

Si dans toutes les publicités, les tétines sont physiologiques et ressemblent au sein, vous ne trouverez personne pour trouver un sein qui ressemble aux tétines!

 

04
Avr

plagiocéphalie post naissance

Plagiocéphalie posturale post naissance

Un nouveau-né, posé sur le dos, bouge sa tête avec un mouvement spécifique de roulement/glissement. La tête roule selon la forme de l’arrière crâne (comme une roue) pour aller de droite à gauche. D’autre part la partie arrière du crâne effectue un glissement dans une direction opposée au mouvement de rotation. Tout obstacle à l’un de ces mouvements demandera au bébé un effort et un contrôle musculaire qu’il ne peut pas acquérir généralement avant la fin du deuxième mois.

Il en résulte que si le couchage du bébé ne propose pas des conditions biomécaniques favorables pour une réalisation sans effort de ces mouvements. Il ne pourra adopter qu’une position en rotation sur le côté. Certes la position est très stable et le côté choisi répond à la meilleure sensation de confort. Cependant cette posture économique impose une immobilité de la tête en appui sur une même et unique zone osseuse. C’est la cause la plus facilement identifiable de création d’une déformation du crâne sous son propre poids.

 

plagiocéphalie posturale

forme du crâne chez le même bébé à la naissance en photo au début de cet article !!

Le matelas « BIBED » par ses formes est le seul moyen de couchage qui a été conçu pour permettre une liberté et une spontanéité de mouvement de la tête durant cette période des premiers mois. Redonner au bébé la capacité de bouger régulièrement son crâne sans effort et ainsi modifier ses points d’appui est le moyen le plus efficace de prévention des plagiocéphalies posturales postérieures post naissance.

Aucun bébé n’a une liberté et une spontanéité de mouvement de sa tête avant deux mois environ lorsqu’il est couché sur le dos. C’est durant cette période que ce type de plagiocéphalie se fabrique.

Le mouvement de roulement est entièrement dépendant de la forme arrière du crâne et de celle du support où la tête est posée. Si nous assimilons l’arrière du crâne à une roue. Toute déformation ou asymétrie de cette roue sera en mesure de perturber l’effort du cycliste et le mouvement du vélo. La fluidité du glissement quant à lui dépendra essentiellement de la qualité physique du support de couchage.

Tout système qui tente d’imposer (cale tête) une position de correction statique est voué à l’échec.

L’efficacité du repositionnement dans ce type de plagiocéphalie sera totalement dépendante du degré de désagrément perçu par le bébé lorsque sa tête est en rotation gauche ou droite. Ses possibilités de mouvements sont entièrement sous la dépendance de la loi du moindre effort.

Série d’articles sur les plagiocéphalies Journée mondiale 2016

Nous vous invitons à relire nos neuf articles sur les plagiocéphalies et spécifiquement celui qui utilise l’image du chignon.

17
Avr

plagiocéphalie posturale postérieure

Journée mondiale des plagiocéphalies et autres déformations 2016

6e article de la série : les plagiocéphalies principes mécaniques

Reconnaitre la plagiocéphalie Posturale Postérieure Post naissance ou Plachycéphalie.

Il y a 10 ans, les pédiatres suisses parlaient de véritable épidémie survenue avec les recommandations de couchage des bébés sur le dos. C’est la forme de plagiocéphalie la plus répandue.

Il existe une maquette physiologique crânienne asymétrique à la naissance très peu visuelle pour le néophyte. Cela donnera un côté de rotation préférentielle. La zone d’appui ne s’aplatira sous le propre poids du crâne du bébé que si les conditions environnementales de couchage en favorisent l’expression.

  • La formation de cette plagiocéphalie est sous dépendance des conditions de couchage après la naissance. Immobilité relative dans une position unique de repos de la tête, limitation de la mobilité de la tête, tête surélevée mise en flexion, forme et qualité physique du support, existence d’un ressort corporelle qui se tend ou se détend en fonction de la position de la tête.
  • Elle n’est pas visible à 5 jours après la naissance mais sous l’effet de la gravité, le processus de déformation sous jacente de l’architecture globale du crâne a commencée.
  • Elle ne devient visuelle qu’à partir de la 8e semaine. Ce qui explique pourquoi les bébés n profitent pas des moyens de prévention et d’un traitement précoce.

Sa forme a des caractéristiques parfaitement identifiables.

Lire la suite

12
Avr

#2 TRANSAT, COSY, COCON, POUF ET PLAGIOCEPHALIE

Journée mondiale des plagiocéphalies 2016

4e article de la série plagiocéphalie :

Analyse du transat, du cosy, du cocon, du pouf.

Dans un transat.

position du corps fermée à gauche

position du corps fermée à gauche

Il est très fréquent de constater qu’un nouveau-né, avec l’inclinaison du dossier, a le corps qui sous son propre poids (effet de la gravité) se tasse de plus en plus, la tête est penchée et tombe sour le côté. Cette position met exactement la tête du bébé dans une position très favorable pour un aplatissement.

 

 

Dans le cosy.

position tête dans le cosy

position tête dans le cosy

Il n’est adapté que pour assurer au mieux la sécurité des bébés lors des  transports en voiture. Il ne devrait donc être utilisé que durant les voyages en voiture. Cependant il faut rajouter à cette durée d’usage au moins les poses entre les voyages. Il comprime et fige le corps du bébé. La tête est mise en rotation/inclinaison/flexion selon la forme du crâne et l’espace libre entre les cales latérales.

 

Dans le cocon. 

publicité cocoonababyIl se définit comme un couchage, le premier a être commercialisé avec une forme couchée, enveloppante. Il serait la réplique d’un couchage médicalisé, adapté pour certains grands prématurés. Symboliquement, il est très séduisant avec sa forme en oeuf et son look cocooning. Mais en fait, c’est une demi coquille fermée à l’espace limité, enrobée de mousse réactible. C’est malheureusement, la forme de couchage qui quand le bébé grandit, impose très rapidement une plus grande flexion puis torsion de la tête sur le côté et une compression de tout le corps en position regroupée.

Dans ces trois cas, nous constatons lors des traitements que si ces positions de couchage sont maintenues assez longtemps, elles peuvent favoriser la formation d’une plagiocéphalie posturale postérieure post naissance. Nous reconnaissons facilement à la localisation des zones plates le mode de couchage.

Regardez sur les différentes photos précédentes, la position de la tête et la localisation de l’appui postérieur de la tête.

Le pouf 

Il est très à la mode. Ce n’est pas un mode de couchage mais il doit aussi être analysé car très souvent utilisé précocement et durant des périodes assez longues. Le bébé est posé sur support plutôt mou, ce qui serait plutôt positif pour réduire les forces gravitationnelles déformantes. Cependant, ce qui peut apparaître comme un avantage, pose deux problèmes importants.

Le premier problème est dû au support qui est fuyant, trop souple à cause de la mobilité des petites boules de polyester. Les prises d’appui nécessaires pour bouger ne peuvent se faire correctement, le bébé a tendance à réduire sa mobilité et rester très passif dans son couchage.

D’autre part, le nouveau-né risque de garder et figer sa posture générale, il va reproduire ses schémas posturaux initiés durant la période fœtale et éventuellement modifiés et fixés par le modelage de la naissance.  Chaque volume du corps s’articule avec les voisins en compression ou étirement donnant un aspect visuel global du corps en fermeture sur un côté ou en boule ou en compression globale par ex.

C’est ce que nous appelons « la posture primitive ». Elle est très probablement une des causes principales du ressort corporel évoqué dans la rotation préférentielle de la tête.

Dans le coussin de grossesse 

coussin de grossesse

coussin de grossesse

Ce couchage pose les mêmes problèmes que le pouf, mais la souplesse du support est plus importante . Les paramètres de compression et d(immobilité sont majorés!

Regardez dans ce cas, la position de la tête qui est très en compression (grenouille),  les compressions locales et globale et bien sûr la posture primitive du bébé sont favorisées.

Mais le jour où maman est fatiguée, elle sait que son bébé va bien dormir et qu’elle  pourra un peu se reposer.

Question du jour :

Pourquoi mon bébé dort bien quand il est dans son cosy ou son transat?

La position proposée rassure la plupart des nouveau-nés. Le corps est en flexion, en regroupement et souvent en compression sur lui même. Cette position confortable pour le bébé permet souvent un meilleur sommeil.

Il est facile de constater qu’une gestuelle réduite du bébé a sur lui un effet de détente. Au contraire, des mouvements anarchiques surtout au niveau des bras, renforcent son excitation et parasitent les phases d’endormissement. Les coques, les cocons ou les transats proposent un espace limité ou préformé qui modèle la position du bébé et entraîne cette réduction de la gestuelle. L’emmaillotage procède aussi de cette manière.

Dans ces situations, les bébés ont un sommeil dit “de contact”.

lien internet : sommeil de contact

Le bébé dort mieux, plus longtemps et pleurs moins souvent.

Le désir de réduire les périodes de pleurs est souvent prioritaire et nous fait oublier ce que nous savons sur ces positions qui ne doivent pas être maintenues trop longtemps et qui sont contraignantes, pour la digestion, la respiration et la posture.

Il existe d’autre part, une sorte de piège comportemental pour les parents car comme le bébé est plus calme et son endormissement et son sommeil plus facile, il est tentant de le mettre de plus en plus souvent et longtemps dans ce type de couchage “tupperwear”.

5e article de la série les plagiocéphalies : les chignons‎