Tag: pleurs

04
Mai

pleurs du soir 2/2

Pleurs du soir

Pleurs du soir et dystonie : les hypothèses (2e Partie)

 

traitement ostéopathique nouveau-né

traitement ostéopathique nouveau-né

De multiples hypothèses sont exposées pour expliquer ces crises.

 

 

L’hypothèse la plus commune.

Le premier signe d’apparition de la mise en place d’un rythme circadien est la survenue entre la 3e et la 4e semaine de vie d’un longue phase d’éveil, constitué d’un éveil agité qui se situe entre 17 et 22 h. Le plus souvent, c’est un moment d’éveil agité, très agité même, avec des pleurs incoercibles pouvant durer plusieurs heures. Ce point est capital à connaître car presque toujours « ces signes sont interprétés à tord comme des signes de faim ou de douleur abdominale ». Doc. Challamel

Les autres hypothèses.

  • La tombée de la nuit apparaît comme une source d’angoisses. Ceci serait inscrit très profondément dans notre phylogénèse, l’angoisse du passage à la nuit avec ses dangers réels et symboliques. En médecine chinoise, cela correspondrait à un état énergétique, en relation avec une phase horaire de plénitude du rein, avec comme émotion associée la peur.
  • Ce serait le résultat d’un trop plein de nervosité due à une participation de plus en plus éveillée aux activités qui se déroulent autour de bébé. Par ces cris, le bébé se décharge de ses tensions psychiques accumulées tout au long de la journée. Le système nerveux du bébé est immature et il semble que la découverte du monde puisse devenir une situation d’hyper stimulation qui dépasse ses capacités de curiosité. Le bébé accumule du stress dans la journée sans moyen de se défouler. Cette crise serait un moyen d’évacuation un excès de stress. Il y aurait une période fœtale en fin de journée où le bébé serait plus agité avec beaucoup de mouvements. Cela serait le même phénomène ou une résurgence.
  • L’hypothèse d’une quantité de sommeil insuffisante le jour ou des phases ultra courtes pourrait aussi créer ce surplus de tensions. Dans notre pratique, nous n’avons pas constaté de relation entre ces faits objectivables (quantité de sommeil) et le comportement des bébés (pleurs incoercibles) que nous suivons dans notre pratique clinique.
  • Certains bébés ont une réactivité très importante qui est lié à leur taux de sérotonine. Ils ont tendance à avoir le pied sur l’accélérateur plutôt que sur le frein (docteur Jean Paul Curtay). Ce sont des bébés, petits dormeurs plutôt actifs qui vont pleurer beaucoup plus et souvent.
  • Période d’hypertonicité

Le nourrisson doit adapter son cycle d’éveil/sommeil aux impératifs de son environnement. Il passe ainsi d’un sommeil polyphasique. C’est à dire avec des phases courtes de sommeil réparties tout le long des 24h, à un rythme biphasique qui différentie un cycle du jour et un de la nuit. Cela créerait une sorte de dette de sommeil qui se traduirait par des manifestations d’excitation généralisée.

Les émotions suscitées par les pleurs, l’incompréhension de la situation et finalement l’exaspération peuvent submerger les parents et les plonger dans un sentiment d’impuissance.

Notre premier constat est que ces pleurs ont comme originalité exceptionnelle de toujours débuter au même créneau horaire. Ils peuvent donc être différentiés et reconnus par rapport à tout autre forme de pleurs et de besoins.

Notre deuxième constat est que toutes les hypothèses évoquées se rejoignent pour nous dire que ces pleurs malgré leurs apparences ne sont pas dramatiques. Ils répondent à un besoin, ils servent à quelque chose, ils ont juste besoin d’être accompagnés par les parents.

Notre seul conseil est que la durée de la crise en durée est dépendante de la capacité que les parents auront de trouver des solutions personnelles pour ne pas subir et laisser croître leurs émotions.

20
Avr

biberon ostéopathie coliques témoignages

 

Témoignages de parents :

Ostéopathie et bonne manière de donner activement le biberon : le duo gagnant pour réduire les gaz, les coliques et les pleurs.

Lorsque le bébé est alimenté au biberon et qu’il a beaucoup de gaz. Nous proposons un traitement ostéopathique mais aussi une manière spécifique de donner le biberon qui entraîne une réduction très significative des gaz et des coliques. Les parents et le bébé doivent devenir actifs. Cela va tout changer. Le bébé devient plus calme et les coliques disparaissent quasi complètement. Vous pourrez arrêter de vous constituer un stock de biberons inutiles aux multiples formes physiologiques. Mais tout cela dépendra de votre compréhension, de votre engagement et persévérance.

Les avantages pour la vie du bébé et de ses parents au quotidien sont immenses. Il y a beaucoup moins de pleurs et de reflux, toutes les fonctions sont améliorées : endormissement, sommeil, digestion, respiration, détente, communication.

Cette succion quand elle devient active a aussi des effets préventifs à plus long terme sur le bon développement de l’enfant : morphologie des maxillaires et voûtes nasales, respiration nasale, immunité, posture, etc.. C’est pourquoi tous les ostéopathes devraient tester la succion, connaître et utiliser cette méthode pour aider les bébés  qui leur sont confiés à mieux vivre leur quotidien et à bien grandir

Notre expérience sur l’alimentation et la succion du bébé s’appuie sur des centaines de cas.

Voici une sélection de témoignages de maman et papa qui permettront à d’autres parents de mieux se reconnaître dans les difficultés de leur bébé.

Il vous sera facile d’apprendre à bien donner le biberon et vous aurez à votre tour la capacité et l’envie de transmettre ce savoir faire à votre entourage.Lire la suite

13
Jan

pleurer, réveiller son frère, soeur?

cododo famille lion

cododo famille lion

Un bébé qui pleurs la nuit va t’il réveiller son frère ou sa sœur ?

Voici une idée reçue qui peut majorer l’inquiétude des mamans. Nous en avons profité pour intégrer ce thème à notre série d’articles sur les pleurs de bébé, la nuit.

C’est très anxiogène. Mais rassurez vous. Un bébé qui pleurs la nuit ne réveille presque jamais les grands frères ou sœurs (sauf peut-être si celui-ci ou celle-ci qui a des problèmes chroniques de sommeil). Même s’ils couchent dans la même chambre. Nous recevons en consultation ostéopathique un très grand nombre de jumeaux, les parents confirment presque unanimement que si un jumeau se réveille et pleurs, il ne réveille quasiment jamais l’autre jumeau.

Par contre, tous les bébés en pleurant peuvent réveiller le papa ou la maman qui travaille le lendemain matin et qu’il (elle) risque d’être encore plus fatigué(e). Il y a peut-être aussi les voisins qui sont plus ou moins compréhensifs (entre « silence » et coup de balai dans le plafond).

La morale de cette histoire est qu’il ne faut pas se précipiter pour couper les pleurs de bébé car c’est prendre le risque d’empêcher un (r)endormissement spontané qui participe à la structuration d’un sommeil plus stable chez les bébés. Pas de stress, il n’y aura pas deux enfants à rendormir.

Bonne nuit.

 

28
Jan

Le sommeil de contact chez le bébé.

L’endormissement et le sommeil de contact

Nous allons évoquer ce type de sommeil pour les bébés jusqu’à 3 mois, cependant cette durée peut être allongée de quelques semaines.

 

Nous constatons souvent que les parents n’ont pas toujours reçu les informations nécessaires pour comprendre l’organisation du sommeil des bébés ; car ce dernier diffère totalement du modèle des adultes.

Cet endormissement de contact est plutôt naturel et efficace. Il répond souvent au désir d’anticiper ou de couper les pleurs à tout prix. Cependant, les conditions d’endormissement (position, portage, mouvement) ne devront pas varier pour qu’ensuite le sommeil puisse rester stable !

Les parents acceptent ou subissent plus ou moins les contraintes qui découlent de ces conditions relationnelles et environnementales et ce pour une durée plus ou moins longue.

Ce type d’endormissement fait partie des possibilités offertes aux parents pour endormir leur bébé, mais ce n’est pas le seul moyen ni forcément le meilleur…

En effet, couper les pleurs peut devenir contraire à la dynamique de l’endormissement et au besoin du bébé !

 

Que faut il pour un endormissement de contact?

Des conditions particulières sont nécessaires pour que l’endormissement et la stabilisation du sommeil puissent s’effectuer. Le bébé doit être au choix : au sein, dans les bras, sur le ventre d’un parent, en écharpe, sur un coussin d’allaitement, en co-dodo, dans un cosy, une poussette ou une voiture.

  • le corps du bébé est souvent regroupé comme en position fœtale.
  • Le nourrisson est mis dans une sorte de bulle relationnelle avec un parent. A défaut, il est posé sur un support enveloppant et/ou dans un espace plutôt clos.
  • Le bébé peut s’endormir immobile mais le plus souvent la finalisation du sommeil ne sera atteinte que par la mise en mouvement du bébé par un parent. Cela peut prendre la forme d’un balancement, d’un bercement ou grâce à un parent qui le porte mais doit en plus doit se mettre à marcher.
sommeil profond ?

sans clef pas de sommeil

Maintenant qu’il a été endormi et dort, j’aimerai bien le poser sur son espace de couchage. Il faut le sortir des bras ou de l’écharpe, le décoller de mon ventre, le sortir du porte bébé, du cosy ou arrêter le voyage en poussette ou en voiture.

Comment pouvons-nous sortir de cette situation avec notre bébé toujours endormi?

Pour quelques bébés, cela ne changera rien à leur sommeil.

Mais statistiquement, pour tous les autres, la réaction sera quasiment identique.

C’est stupéfiant. Le sommeil peut s’interrompre à la seconde.

le sommeil de contact un moyen d'endormissement

sommeil bébé contact

C’est comme avec une clef de contact dès que nous la retirons, le moteur s’arrête.

– « Je l’ai endormi dans mes bras ou sur mon ventre mais lorsque je tente de le poser sur un couchage, il se réveille immédiatement. Pourtant le sommeil semblait si profond, le bébé était si lourd dans les bras »

–  « Je me promène avec mon bébé dans la poussette où il a été endormi et je rencontre sur le chemin ma voisine. Nous entamons, une petite discussion en restant immobiles. Le bébé se réveille presque aussitôt en pleurant ».

– Il y a aussi dans certains cas les tours en voiture pour endormir ou maintenir endormi bébé. Mais il faut se méfier des feux rouges et des embouteillages, l’arrêt de la voiture risque d’être fatal.

Ces exemples nous montrent que si l’endormissement peut être facile dans ces conditions.

Il apparaît très souvent extrêmement difficile de maintenir un sommeil stable lorsque nous tentons ensuite de modifier le contexte relationnel ou environnemental qui a créé un véritable lien de dépendance.

Quelques sont ces dépendances imposées par les conditions du sommeil de contact.

Les parents admettent que devant le risque d’un réveil plus que probable, ils ont préféré garder le bébé endormi sur leur ventre pendant des périodes beaucoup plus longues que prévues. « Pour ceux qui peuvent se l’autoriser cela permet de s’accorder une petite sieste ».

 

  • Le portage du bébé, le jour dans les bras ou en écharpe peut devenir systématique et subi pendant des heures.
  • Comment respire le bébé?

    portage très fermé!

    Bien sûr, ainsi et c’est peut être en fait l’objectif, ce bébé ne pleure presque jamais. Nous sortons du portage câlin ou pratique pour un portage obligatoire. Cela risque d’être le cauchemar des personnels des crèches qui devront à leur tour obligatoirement porter ces bébés toute la journée et elles en ont plusieurs en garde!

  • Il y a aussi l’usage trop précoce et surtout pendant des durées beaucoup trop longues des transats, des cocons, des coques ou autres poufs qui compriment, tassent et immobilisent beaucoup le corps des bébés. Mais cette posture peut faciliter le sommeil!
bébé très fermé sur lui

sommeil de contact par substitution

La durée excessive de ces postures imposées au bébé est dénoncée par les professionnels de santé. C’est contraire à la notion de motricité libre et au travail des ostéopathes pour un grandir harmonieux des nourrissons.

  • Les mamans déclarent que leur bébé, le jour ne pleure presque jamais, qu’il demande fréquemment le sein, qu’il s’y endort et est très souvent porté dans les bras ou en écharpe.

 

« Quand on est parent, nous pouvons nous interroger sur ce que nous faisons sans pour autant mettre en cause nos capacités»  

Claude Halmos Psychanalyste

Cet article a été conçu en deux parties. Cela nous permettra de partager avec vous quelques réflexions sur le sommeil de contact et des solutions alternatives pour l’endormissement de votre bébé et le sommeil de tous.

page Facebook sur le maternage et ostéopathie

une série d’articles sur le sommeil du bébé

https://www.facebook.com/bebeosteomaternage/